Accueil > Patrimoine > Archéologie&Architecture > Les Aurès s’ouvrent aux scientifiques
Une exposition et un séminaire tenus à Barcelone

Les Aurès s’ouvrent aux scientifiques

Que du concret ! Le séminaire tenu à l’Ecole d’architecture de La Salle, à Barcelone, sous le thème «Algérie : patrimoine et mémoire», a tenu toutes ses promesses.

Ce rendez-vous universitaire, piloté par l’association Les Amis de Medghacen, a été couronné par l’accord passé entre plusieurs partenaires pour l’organisation, en juillet prochain, d’un atelier international d’architecture, premier du genre, qui aura lieu à Rhoufi, dans les Aurès.

Cette région au patrimoine riche et varié demeure méconnue par la communauté scientifique, d’où la rareté des publications sur le sujet.

A partir de ce constat, Les Amis de Medghacen œuvrent depuis des années à baliser les chemins pour pallier ce déficit, et il semble que leurs efforts commencent à porter leurs fruits.

Après une première rencontre, tenue il y a quelques semaines à l’université de Murcia (Espagne), le séminaire de Barcelone vient confirmer l’intérêt enfin manifesté pour les Aurès de l’autre côté de la Méditerranée.

Cette rencontre, coorganisée par l’Association de Batna, l’Ecole d’architecture de La Salle, l’Institut européen de la Méditerranée (IEMed), le consulat d’Algérie à Barcelone et l’association Rehabimed, basée en Espagne, a accéléré le processus, d’autant que l’atelier, prévu en juillet, point d’orgue de cette démarche, attire dès son annonce de nombreuses institutions qui ont manifesté leur désir de participation, notamment l’université de Palerme et celle de Cagliary, en Italie.

Lors de ce séminaire, tenu le 18 mai, les intervenants, notamment Mounir Bouchenaki, ex-directeur du Patrimoine culturel mondial à l’Unesco, Djaffar Lesbet, professeur d’architecture à la Sorbonne, Xavier Casanova, professeur d’architecture et président du réseau Rehabimed, ainsi que Azeddine Guerfi, président de Les Amis de Medghacen, ont tous mis l’accent sur l’importance du patrimoine architectural en Algérie et l’urgence de sa mise en valeur.

L’inauguration, le jour même de l’exposition du photographe Kaïs Djilali intitulée «Aurès : patrimoine, mémoire et résistance», a séduit davantage les étudiants et les invités, qui n’ont pas caché leur émerveillement devant les trésors des Aurès immortalisés par le talentueux photographe. Mme Nora Berdja, consul d’Algérie à Barcelone, et Robert Terradas, directeur de l’école hôte, ont souligné cet intérêt manifesté des deux côtés pour jeter des ponts et travailler ensemble pour l’étude et la réhabilitation des sites algériens.

Par ailleurs, nous avons appris par Azeddine Guerfi que l’association qu’il dirige a reçu la même semaine le label Unesco et devient ainsi membre des 4000 centres, associations et clubs Unesco activant dans plus de 100 pays à travers le monde. Une intégration qui reconnaît le mérite de cette association citoyenne exemplaire.

Nouri Nesrouche

Source : El-Watan

Partages

Nous vous recommandons

L’anneau de cheville [Ardif ou Akhelkal]

Cette parure de la gent féminine – si caractéristique de la société amazighe – interpelle ...

Partages