Événements

Exposition au musée de l´Alhambra : Les Zirides de Grenade et l’univers berbère

L’Alhambra accueillera jusqu’au 21 avril 2020, l’une des grandes expositions de l’année, sous le thème «Les Zirides de Grenade et l’univers berbère» .

Un échantillon unique pour en apprendre davantage sur d’Afrique du Nord et sur la grande influence que les Berbères ont exercée dans la péninsule ibérique après leur arrivée en Andalousie l Avec plus de 300 œuvres provenant, entre autres, de la fondation Leila Mezian, du Musée du Louvre et de l’archéologie de l’Algérie.

L´exposition a été inaugurée par la reine Letizia elle-même, le 5 décembre. Ce qui démontre l’importance de cette exposition, organisée par le Conseil d’administration de l’Alhambra, du Generalife en collaboration avec la fondation legado Andalousi et le Conseil de l’Europe, et dirigée par le professeur d’archéologie de l’université de Grenade, Antonio Malpica.

Pendant presque 5 mois, cette exposition soignée peut être visitée dans la chapelle du palais de Carlos V, combinant histoire et empreintes archéologiques, des références ethnographiques et anthropologiques.

«Au début de l’exposition, on a vu la nécessité de donner de l’importance au monde berbère et on a décidé de se tourner vers l’archéologie et l’histoire pour expliquer son passé», a expliqué aux médias présents, lors de l´inauguration, le commissaire, et qui souligne que le discours de l’exposition est articulé dans quatre salles aux critères suivants :

Premièrement, «l’origine du monde berbère est abordée et une analyse de son origine est réalisée». La deuxième salle concerne l’arrivée des musulmans en Andalousie. La troisième est le Ziride de Grenade. Et le quatrième espace de l’exposition porte sur la traduction anthropologique des Berbères. «Collection de Leila Mezian sur les modes de vie des Berbères jusqu’à aujourd’hui», note antonio Malpica,.

Sa contribution a été si merveilleuse que l’intention est de créer un musée dans la ville de façon permanente sur l’héritage des Berbères. Quelque chose qui servirait, selon le professeur, pour donner une entité à la ville comme pont entre l’Afrique du Nord et l’Europe. «Sinon, il n’y a pas d’avenir dans le monde. Si nous commençons à fermer les frontières et à nous battre les uns contre les autres, cela n’a pas de solution», regrette-t- il.

«La Grenade actuelle ne serait pas conçue sans l’empreinte laissée par les Zirides. L’arrivée de ces Berbères d’Afrique du Nord et leur décision de transférer la capitale de l’émirat marquent un tournant dans l’histoire de ce territoire», a ajouté le professeur.

Les Berbères (ou Amazighs) sont l’ensemble des peuples qui occupent depuis des temps reculés la quasi-totalité de l’Afrique du Nord, de l’Oasis de Siwa (ouest de l’Egypte) à l’océan Atlantique, y compris les îles Canaries, et de la Méditerranée aux limites méridionales du Sahara.

Des protagonistes inconnus et réduits au silence par les sources officielles, Malpica souligne la difficulté d’étudier les peuples berbères et le «grand effort intellectuel» qui est à l’origine de cette exposition sur lequel ils travaillent depuis trois ans.

Comme le souligne l’équipe de l’exposition, la diversité culturelle et géographique est attestée par le fait que les Berbères ont reçu de nombreux noms tout au long de l’histoire (mauri, lebu, numids, gétulos, garamantes …). De plus, les Amazighs ont été témoins de nombreuses migrations, colonisations et invasions.

C’est en 1013 que Grenade est devenue une ville islamique et a connu un développement vertigineux, atteignant des limites proches de son sommet médiéval et moderne.

Les Zirides de Grenade sont redevables depuis le Bañuelo jusqu’à la décision de créer une première Alhambra qui, sous la forme d’un château, marquerait les lignes directrices pour les deux siècles suivants. A la fin du IXe siècle, de grandes dynasties nord-africaines, telles que les Almoravides et les Almohades, tentent d’unifier l’occident islamique, en réinterprétant l’islam, en l’homogénéisant et en valorisant la langue et la culture amazighe. A partir du XIIIe siècle, un nouveau pouvoir prend le témoin, les Benimerines.

Les liens entre cet émirat, basé à Fès, et celui de Grenade étaient très solides, comme on peut le voir dans l’Alhambra même. Selon l’équipe de l’exposition, il y avait même une «magrebisation» de Grenade.
Pour toutes ces raisons, le commissaire de l’exposition souligne que l’important «est de réunir les cultures et de créer un mode de vie dans lequel le respect mutuel est fondamental».

ALI AIT MOUHOUB , El Watan 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page