Accueil > Contributions > In memoriam P. Morizot
Pierre Morizot

In memoriam P. Morizot

Ce texte est l’éloge funèbre de Pierre Morizot prononcé par M. J-P Faure , membre du bureau la Société Aouras (d’études et de recherches sur l’Aurès antique ) , à la séance de rentrée de l’Académie des Sciences d’outre-mer .
La Société AOURAS, créée en 2002 par Pierre Morizot, à pour but l’étude de l’Aurès , au sens large, depuis la préhistoire jusqu’au 7ème siècle, période qui voit émerger la puissance arabo-musulmane qui va imposer sa domination politique et religieuse sur les populations de ce qui deviendra l’actuel Maghreb. Son objet est la connaissance et la promotion du patrimoine antique de l’Aurès patrimoine qui vont des vestiges matériels à la littérature et traces écrites de l’époque.

Avec le décès de Pierre Morizot dans sa 97ème année nous perdons un grand savant, un passionné de l’Aurès antique auquel il a consacré près de 70 ans d’une vie toute au service de la France, que ce soit au sein des Forces françaises libres pendant la 2ème guerre mondiale, puis comme administrateur dans le service du contrôle civil du Maroc jusqu’en 1956 et enfin dans une longue carrière diplomatique, de l’Iran au Canada où il fut consul, de la Norvège au Sénégal où il fut conseiller, à l’Administration centrale du Quai d’Orsay dans les directions « Afrique-Levant » puis « Europe », au service des pactes et désarmement, détaché auprès du Ministère de la Défense, carrière qui s’est achevée par des postes d’ambassadeur au Sultanat d’Oman puis au Sri Lanka.

Pierre Morizot a découvert l’Aurès à 19 ans, instituteur vacataire à Arris. Tout de suite, cette région aux paysages grandioses, âpres et colorées, qu’il parcourut alors à pied et à mulet, son peuple, sa culture, ses mœurs lui sont devenu proches. A sa surprise, il découvrit l’empreinte de Rome au cœur même du massif par l’inscription de Masties « Imperator et dux Romanorum et Maurorum », témoignage éloquent d’un chef berbère de l’Aurès du 6ème siècle de la rémanence d’un empire romain d’occident qui n’existait déjà plus.

Tout au long de sa carrière professionnelle, Pierre Morizot n’a jamais cessé ses recherches, se rendant quand cela lui était possible en Algérie, cultivant une sincère amitié désintéressée avec une population qu’il avait appris à connaître de longue date, participant à de nombreux colloques et publiant plus de 70 communications scientifiques.

Pierre Morizot a fondé en 2002 la Société Aouras d’études et de recherches sur l’Aurès antique  pour promouvoir la connaissance et la protection du patrimoine antique de cette région. Elle regroupe les chercheurs français, algériens et étrangers dans cette quête incessante.

Il nous laisse deux livres fondamentaux. D’abord une Archéologie aérienne de l’Aurès (1998), fruit de dix ans de travail pendant la décennie 1990 pendant laquelle il lui était impossible de se rendre sur place. A partir des archives photographiques de l’Armée de l’Air de 1950 à 1960, c’est-à-dire quand la prospection spatiale n’existait pas et avant l’urbanisation généralisée, il a méticuleusement recensé les images de tous les vestiges antiques déjà connus et en a découvert quantité d’autres. Le pendant de ce travail documentaire, c’est la publication en 2015 de «Romains  et Berbères, face à face » qui fait la synthèse de 70 ans de recherche et de passion.

Il a quelques années un ami algérien lui faisait remarquer :

« Vous avez des racines algériennes ! » Souriant, il rétorqua : « Ah, je ne le savais pas ! » « Mais si, souvenez vous, l’arbre que vous avez planté à l’université de Tébessa a grandi »

Quel arbre ? Un olivier bien sûr, un arbre millénaire, symbole de la richesse antique de l’Aurès et symbole universel de la Paix, le plus beau témoignage possible à la mémoire de Pierre Morizot.

Jean-Pierre Faure 

Partages

Nous vous recommandons

L’académie de la langue amazighe… et le devoir de chacun !

L’académie algérienne de la langue amazighe vient d’être installée. C’est une bonne nouvelle pour deux …

Partages