Accueil > Art&Culture > Ouverture de la 9ème édition du festival national du théâtre amazigh : Faible participation
Ouverture du festival / APS

Ouverture de la 9ème édition du festival national du théâtre amazigh : Faible participation

Le théâtre régional de Batna a abrité, dimanche soir, la cérémonie d’ouverture de la 9ème édition du festival national du théâtre amazigh.
Organisé sous l’égide du ministère de la culture, ce festival, contrairement aux éditions précédentes, ne verra pas cette année une grande participation d’acteurs des arts dramatiques. Ils ne seront en effet, en tout et pour tout, qu’une dizaine de troupes théâtrales à prendre part à cet événement, et dont la plupart vient notamment des wilayas de Tizi Ouzou  et Bejaia.

Cette faible participation est due vraisemblablement à un manque de productions théâtrales, mais aussi aux difficultés financières rencontrées dans l’organisation de ce festival. En effet, selon Salim Souhali, le commissaire du festival, ni les autorités locales ni les industriels de la région n’ont daigné, cette année, aider financièrement l’organisation de cette manifestation culturelle qui suscite pourtant un engouement certain dans la capitale des Aurès depuis quelques années, nous dit-il non sans regrets.

Le budget alloué à cette manifestation cette année ne permet pas, selon lui, de prendre ainsi en charge toutes les troupes qui ont manifesté leur désir à participer à cet évènement. Ce qui explique, semble-t-il, la défection remarquée des troupes du sud du pays qui ont l’habitude de participer à ces journées théâtrales.
Il est à noter qu’en marge de ce festival, un hommage particulier sera rendu à Chebbah El-Mekki, l’homme qui est considéré ici dans les Aurès comme le précurseur du théâtre algérien. Ainsi, toute une journée d’étude sera consacrée à cette personnalité. Il y sera question de conférences relatant la vie et l’œuvre de ce grand dramaturge et homme politique qui a longuement contribué,  par son art, à éveiller les consciences sur les questions du nationalisme et du combat identitaire durant la période coloniale.
Auteur bilingue qui écrivait aussi bien en arabe qu’en tamazight, Chebbah El-Mekki eut à son actif une dizaine de pièces théâtrales qui défendent, pour la plupart, les valeurs de liberté et de justice sociale. Il fut également un fervent militant anticolonialiste qui a tenté, tout au long de sa vie, à concilier l’idéal communiste avec les principes de l’Islam.
Et comme pour immortaliser ce grand humaniste, les militants associatifs et les intellectuels de la région comptent saisir, à en croire certaines informations,  l’occasion de ce festival pour réitérer leur demande aux responsables pour que le théâtre de Batna soit baptisé de son nom.

  Salim Guettouchi

Partages

Nous vous recommandons

Houria Aïchi , la Diva « Arabe » de l’Aurès

Houria Aïchi a participé au festival international de Timgad de cette année , un festival …

Partages