Accueil > Histoire > Histoire contemporaine > Andrea Brazzoduro : «Face à une mémoire officielle très conventionnelle, il faut restituer les mémoires dans leur contexte local»
Andrea Brazzoduro (à gauche) recueillant des témoignages . Photo : Rachid Hamatou
Historien à l’Université d’Oxford (Royaume-Uni)

Andrea Brazzoduro : «Face à une mémoire officielle très conventionnelle, il faut restituer les mémoires dans leur contexte local»

Andrea Brazzoduro, historien à l’Université d’Oxford (Royaume-Uni), effectue son troisième voyage dans les Aurès. Cette région qui a connu de hauts faits d’armes durant la guerre de libération n’a pas encore livré tous ses secrets. L’historien Andrea Brazzoduro tente d’avoir une vue ou approche plutôt spécifique (les Aurès-Némemcha) que de faire une approche globale. Nous l’avons accompagné lors de plusieurs sorties sur le terrain, il nous en parle dans cet entretien exclusif.

Premièrement, pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?
Andrea Brazzoduro : Je suis historien à l’Université d’Oxford, au Royaume-Uni. Mais je suis né et j’ai grandi à Rome, en Italie, où j’ai commencé mes études à l’Université La Sapienza. Je me suis ensuite déplacé à Paris pour poursuivre ma formation doctorale et postdoctorale, d’abord à l’Université de Nanterre et à l’Institut d’histoire du temps présent, puis au Centre d’histoire sociale de la Sorbonne : parti pour un séjour d’un an, finalement j’ai vécu à Paris plus de dix ans ! Mes deux dernières années « françaises » je les ai passées à Marseille, grâce à une bourse de la Maison méditerranéenne de sciences de l’homme d’Aix-en-Provence. Depuis septembre, j’ai traversé la Manche pour m’installer à Oxford (Trinity College) avec une bourse Marie-Curie.
Vous n’êtes pas à votre premier déplacement en Algérie et plus particulièrement dans les Aurès. Quel est le thème que vous avez abordé ou étudié depuis votre première venue en Algérie et les raisons de votre choix ?
Au tout début des années 2000, j’étais parti à Paris attiré par ce qui me paraissait un chantier très novateur dans le champ historiographique : l’histoire de la mémoire. A l’université de Nanterre, je découvrais un séminaire sur les violences de guerre et leurs mémoires animé par deux grands historiens : Annette Becker et Henry Rousso, qui ont beaucoup marqué mon parcours et qui continuent d’ailleurs à être des interlocuteurs privilégiés. Ceci était en 2002, l’année du quarantenaire de l’indépendance de l’Algérie. C’est dans ce contexte particulier, traversé par des débats clivés, que je me suis passionné pour l’histoire de la guerre de libération algérienne et j’ai décidé de travailler sur les mémoires du conflit par le biais de ce qu’avec Rousso j’avais appris à appeler un « vecteur de mémoire » : en l’occurrence, la presse. Ensuite, pour ma thèse, j’ai mené une vaste enquête d’histoires orales sur les mémoires des appelés français. Le projet initial était de cibler une région, les Aurès, et d’analyser autant les récits français qu’algériens. Mais dans une thèse, il faut souvent redimensionner ses ambitions de néophyte : j’ai donc fini par me concentrer sur le seul côté français, bien que j’aie déjà rencontré des témoins exceptionnels en Algérie. Mais la France, c’était déjà un autre pays et une autre langue que la mienne, et c’était déjà assez. Une fois la thèse terminée, je suis donc reparti à la charge. J’ai toujours pensé que tout récit tronqué (c’est-à-dire algérien ou français seulement) est trompeur.
Vous nous dites que cette recherche vise à aborder la guerre d’indépendance algérienne sous une perspective nouvelle. Laquelle ?
Je me propose d’articuler une histoire du conflit qui puisse dépasser les deux récits nationaux opposés (français et algérien), pour restituer la guerre dans sa véritable dimension méditerranéenne, européenne et finalement globale. Pour ce faire, j’ai choisi de m’en tenir à une approche qui s’inspire des méthodes mises au point avec succès par la microstoria italienne : au lieu de regarder le conflit comme un ensemble indifférencié et d’examiner ses réverbérations dans une élusive « mémoire collective », je me suis focalisé sur une région spécifique, les Aurès, peu connue et fascinante. Face à une mémoire nationale officielle très figée et conventionnelle, il nous faut restituer les mémoires dans leur contexte local précis, et à partir de là, observer comment elles sont élaborées. Ainsi, dans mon travail, je prête une attention particulière à deux dimensions. D’abord, par une approche d’histoire sociale, « au ras du sol », je m’intéresse aux gens ordinaires, hommes et femmes, qui ont été touchés par la guerre, et qui peuvent nous offrir un regard inédit sur des aspects de la vie quotidienne pendant le conflit souvent délaissé par les récits dominants, tous centrés sur le politique et le militaire. Ensuite, l’échelle locale rend possible une analyse détaillée du cadre mémoriel, stratifié par opposition au paradigme unidimensionnel de l’état-nation ; on aperçoit ainsi la coexistence possible – non hiérarchisée – du local et translocal, national et transnational, et de leurs connexions. Au niveau micro-analytique, suivant les indications du philosophe Paul Ricœur, je me focalise sur l’identité narrative comme pratique de négociation du soi, une démarche qui permet d’analyser comment les expériences sont remémorées par rapport aux récits dominants au niveau national, mais aussi transnational.
Cette recherche vise-t-elle une région bien précise des Aurès ou toute la région ?
Je m’intéresse idéalement à toute la région des Aurès-Nememcha, donc au quadrilatère grosso modo identifié par les villes de Batna, Tébessa, Nègrine et Biskra. Il y a tellement urgence d’enregistrer les vives voix des femmes et des hommes qui ont vécu l’époque de la révolution qu’il serait une erreur (et une faute) de s’en priver et d’en priver ainsi les générations futures. Il y aurait un grand travail à faire, à mener en équipe avec des critères scientifiques rigoureux et partagés, avant que ces hommes et ces femmes ne tirent leur révérence. En partie, cela a été fait (je pense notamment aux enquêtes du Crasc), mais le travail qui resterait encore à faire est une tâche immense. Pour l’instant, la plupart des témoins rencontrés se situent au cœur du massif de l’Aurès : Arris, T’Kout, M’Sara, Ichmoul, Bouhmama… C’est une région superbe et très dense d’histoires dont certaines ont été racontées, avec sensibilité et intelligence, par la regrettée Fanny Colonna dans un livre qui m’a beaucoup marqué : Le Meunier, les moines et le bandit : des vies quotidiennes dans l’Aurès (Algérie) du XXe siècle (Sinbad, Arles 2010).
Comment avez-vous abordé cette nouvelle approche et avez-vous l’impression que vos différents interlocuteurs auressiens saisissent cette nouvelle perspective, loin de la rhétorique habituelle, voire langue de bois ?
Toutes les personnes que j’ai rencontrées jusqu’ici ont été d’une grande générosité et disponibilité à mon égard. Ma reconnaissance est d’ores et déjà immense. Dans mon approche, la règle principale est qu’il faut être à l’écoute, comprendre ce que les gens veulent me dire. Pour cette raison, j’ai une prédilection pour l’approche de l’« histoire de vie », qui laisse plus de liberté au locuteur de s’égarer, à la différence d’une grille d’entretien figée qui risque de nous faire passer à côté de l’essentiel. La forme « histoire de vie » a aussi l’avantage de rendre les témoignages comparables, au moins dans leur structure diachronique. La réponse de mes interlocuteurs à cette méthode de travail est globalement positive, bien qu’il s’agisse de quelque chose d’assez inhabituel pour la plupart d’entre eux. La structure narrative dominante concernant la guerre est en fait encore tellement puissante que certains peuvent être surpris, voire ne pas comprendre pourquoi on s’intéresserait à ce « quotidien ordinaire » qui sort du récit des gestes politiques et militaires des responsables.

Vous avez fait des déplacements dans différents lieux dans le pays chaoui (le premier grenier bombardé par l’armée coloniale, Tighanimine où a eu lieu l’attaque du bus qui transportait le caïd Benseddok… la rencontre aussi avec une ancienne moudjahida). En tant qu’historien, avez-vous le sentiment que la douleur est encore présente dans les mémoires ?

Chaque histoire est unique et chaque personne a une manière personnelle de réélaborer le passé, de ménager le corps-à-corps avec ses propres souvenirs, ces éclats qui peuvent surgir à tout moment. Il faut donc toujours prendre en compte la pluralité, respecter la sensibilité de chacun. C’est important : notamment pour sortir des récits conventionnels, lisses et homogènes. Ceci dit, la douleur est immense bien qu’il soit énormément difficile de dire la violence. La spirale des violences pendant la guerre a été tellement infernale que les blessures, autant dans les chairs que dans les esprits, ne peuvent qu’être profondes, irrémédiables.
Prendre part à une guerre de libération ne signifie pas toujours prendre des armes, mais aussi aider, soigner, héberger…
Oui, exact. J’emprunte cette approche à l’historiographie sur la résistance civile au nazisme, qui s’est profondément renouvelée à la fin des années 1990, complexifiant un cadre interprétatif qui a été centré sur la figure héroïque, statuaire et généralement masculine, de la résistance armée (je pense notamment au livre pionnier de Jacques Semelin, Sans armes face à Hitler, Payot 1998), mais aussi à l’Alltagsgeschichte allemande, à l’histoire de la vie quotidienne. Je pense qu’on aurait un acquis cognitif majeur si on essayait d’aller au-delà de la seule histoire des responsables politiques et militaires : ceci est particulièrement important dans une guerre de guérilla où la distinction propre aux configurations de la guerre classique entre combattants et non combattants n’est plus opérationnelle.
Vous travaillez sur le sujet depuis plusieurs années, peut-on parler d’une guerre spécifique dans les Aurès ? Si c’est le cas, de quoi peut-on la qualifier ?
Dès le début de la guerre, les Aurès sont un laboratoire à plusieurs égards. « Pacifier, protéger, poursuivre », c’est la devise que l’on peut lire en juin 1956 dans le sous-titre du journal Aurès-Nemencha produit par l’armée française pour ses troupes en poste dans la région. C’est en fait dans les Aurès-Nememcha que la guerre de Libération a commencé ; et c’est dans cette région que les Français ont mis au point les techniques de contre-guérilla expérimentées en Indochine et ultérieurement étendues à l’Algérie entière : la population civile comme enjeu du conflit, l’action psychologique et le renseignement (la torture), les camps de regroupement, les zones interdites et la responsabilité collective (les représailles), l’emploi des autochtones à côté de l’armée régulière (les harkis), mais aussi l’emploi de nouvelles armes, comme le napalm ou les hélicoptères. Face à un adversaire « fluide et léger », ce conflit, que le général français Lorillot appelait la « petite guerre » des Aurès-Nememcha, constitue un paradigme de guerre complètement nouveau par rapport à celui des deux guerres mondiales. C’est ce qu’on appellera par la suite les « guerres asymétriques » et qui vont radicalement changer la manière de faire la guerre.
A quoi peut servir cette grande recherche scientifique qui s’appuie encore sur la narration (l’oral) des uns et des autres, des ponts sont-ils possible entre les différents instigateurs, voire belligérants après tant d’années ?
L’hypothèse de départ de cette recherche est que le temps est venu de défier – et d’ébranler – les récits historiques nationaux qui travaillent à maintenir la Méditerranée comme frontière infranchissable, dans le cadre d’une inépuisable « guerre des mémoires » qui se poursuit entre, mais aussi à l’intérieur de l’Algérie et de la France. Le potentiel heuristique de cette approche s’inscrit dans le geste d’interroger le passé tel un terrain inconnu qui pourrait dégager un sens nouveau quand des phénomènes apparemment bien connus sont plus finement observés. Suivant une proposition de l’historien britannique, James McDougall, cette nouvelle histoire sociale de la guerre d’indépendance vise – au moins – à compliquer ces récits nationaux si étriqués.

Entretient réalisé par : Juba Rachid pour Reporters

 

Partages

Nous vous recommandons

Dissonances et discordances mémorielles

Nous nous proposons dans cet essai de soulever quelques problèmes liés à la superposition des …

Partages