Accueil > Art&Culture > Entretien avec Ahmed Houamel : Secrétaire de l’Association Culturelle Chaouie du Québec Zerfa
Ahmed Houamel

Entretien avec Ahmed Houamel : Secrétaire de l’Association Culturelle Chaouie du Québec Zerfa

L’Association Culturelle Chaouie du Québec Zerfa a été fondé en octobre 2016 dans le but de rassembler et de créer des liens entre les membres de la communauté chaouie originaire de l’Algérie et la société Québécoise.

L’association est dirigée par Monsieur Chetara Abdelaziz qui assure la présidence du conseil d’administration et par Madame Krim Nacera qui assure la vice-présidence du CA qui se compose notamment de Houamel Ahmed, Mazouz Achour, Beroual Abdelhafid, Koutti Mohamed, Lahmadi Abdelmadjid, Allèche Fatiha, Dali Fawzi et Abderrahmane Aksa.
L’Association qui s’est donné pour objectif de tenir plusieurs évènements communautaires et culturels, propose d’offrir des cours de langue chaoui, des cours de francisation et des ateliers de soutien. Ses membres souhaitent ainsi dynamiser la communauté en participant à l’orientation et à l’intégration des nouveaux arrivants au Québec.

Près d’une année après sa création l’heure est au bilan. À cette occasion, Monsieur Houamel Ahmed[1] qui officie en tant que secrétaire de l’Association a bien voulu répondre à quelques questions :

Que veut dire le terme Zerfa ? Et pourquoi avoir choisi ce mot pour désigner votre association?

Zerfa signifie argenté, usité par les Chaouis  et porté par les femmes. Il a été adopté lors de la première assemblée constitutive qui a réuni les membres fondateurs. Il souligne un hommage au rôle important de la femme chaouie dans l’Aurès, car Zerfa est porteuse d’espoir.

Pourquoi avoir eu l’idée de fonder une association chaoui?

Certains membres fondateurs se sont connus lors de la 1ère édition du Mois Amazigh de Montréal. On s’est dit pourquoi ne pas s’organiser et fonder une association afin de faire connaitre la culture chaouie au Québec et offrir des services à la communauté et à la société Québécoise. 

L’adhésion à l’association est-elle ouverte aux personnes qui ne sont pas chaoui?

On est ouvert à toutes les cultures et on a déjà des adhérents d’un peu partout de l’Algérie et de diverses origines.  C’est dans nos objectifs.

Pouvez-vous nous parler des activités que vous organisez ou de celles auxquelles vous participez?

L’association a offert un cours gratuit de langue chaouie oral durant la session de printemps de cette année, au Centre de Loisirs communautaires Lajeunesse, pour les adultes et les enfants.  On a organisé également des ateliers de contribution au Wiktionnaire (dictionnaire) à la Bibliothèque de Saint-Michel et à la Grande Bibliothèque de Montréal (BAnQ) dans le cadre de la Wikimania Montréal, afin de créer un dictionnaire chaoui, que tout le monde peut consulter. Nous offrons des cours de francisation, de langues, de mathématique et de l’aide aux devoirs durant l’année scolaire en cours. Pour les personnes intéressées, il suffit juste de remplir nos formulaires qui sont en ligne sur notre site web. Nous avons déjà plusieurs enseignants qui sont disponibles.

Nous organisons la célébration du Nouvel an Amazigh chaoui à Montréal durant le mois janvier (Yennar). Tous les détails sont affichés sur le site. On veut faire connaitre le terroir musical et la culture chaouie au Québec. Cela permet aux familles et aux jeunes de se réunir et d’élargir leur réseau. Mohamed Koutti qui est membres du CA, a réalisé des reportages sur des personnalités culturelles, que nous mettrons en ligne.

L’importance de la transmission de la langue est importante pour votre association. Quelles sont les actions que vous menez pour transmettre la langue chaoui en terre d’immigration comme c’est le cas ici au Québec?

C’est important de développer la langue maternelle chez l’enfant. Nassir Beroual  a organisé le cours chaoui oral pour enfant et adulte, il a tenu que se soit gratuit pour tout le monde, même pour les prochaines sessions. Nos partenaires nous aident financièrement. Le matériel didactique provient de l’Édition Anzar. C’est la pratique qui compte pour acquérir une langue.

Nous avons eu d’ailleurs plusieurs adultes qui se sont inscrits au cours pour apprendre la langue chaouie .

Quel bilan pouvez-vous tirer après une année d’activité dans le conseil d’administration de l’association?

Nous avons pu atteindre quelques objectifs de départ et cela a été une réussite. Nous avons adopté, lors de l’assemblée générale extraordinaire, l’élargissement du conseil d’administration afin d’ouvrir le champ aux personnes qui pourraient apporter un plus à l’association.

De quelle manière les citoyens peuvent-ils s’impliquer auprès de votre association?

L’Association Zerfa vise six domaines : la culture, l’enseignement, le social, les TIC, l’environnement et l’économie. On invite tout le monde à participer lors nos évènements et à suivre notre actualité.

Un dernier mot?

En octobre, nous finalisons les inscriptions pour le cours chaoui oral ainsi que pour les autres cours de langues, de mathématique et l’aide aux devoirs.  Nous souhaitons la bienvenue à tous et nous invitons les nouveaux membres, les partenaires et les commanditaires à participer à nos évènements.

Nous avons un site web et il dispose de plusieurs informations et nos coordonnées pour nous contacter à l’adresse : www.zerfachaouis.com.

Propos recueillis par Réda Benkoula

L’article paru en premier lieu sur le journal canadien L’nitiative .

[1] Ahmed Houamel enseigne le français langue seconde à la Commission scolaire de la Pointe-de-l’Île. Il est secrétaire de l’Association Zerfa et membre du CA de Wikimédia Algérie et membre de Wikimédia Canada.

 

Partages

Nous vous recommandons

Ifri Yedderḍqen *

Tutlayt a yuyzen am tḍerṣiwin i ḍefren s usaɣed n wechal yetwegḍen si leqṛun yemdan ...

Partages