Accueil > Art&Culture > Houria Aïchi , la Diva « Arabe » de l’Aurès
Houria Aïchi © Accords Croisés

Houria Aïchi , la Diva « Arabe » de l’Aurès

Houria Aïchi a participé au festival international de Timgad de cette année , un festival où la chanson chaouie est indésirable depuis des années . Elle a également été programmée dans toutes les dates de l’ONCI, à Alger, à Oran et à Constantine (où elle s’est produite, d’après El watan , devant une quinzaine de personnes !).
L’Agence algérienne pour le rayonnement culturel ainsi que le centre culturel algérien à Paris  l’invitent régulièrement et assurent la promotion de ces concerts.  Dans un pays bureaucratique et centralisé comme l’Algérie, ce curieux privilège signifie que cette artiste est protégée en haut lieu, ou bien souvent, parce qu’elle est l’égérie d’une idéologie promue par les décideurs du moment .
Pour quelle raison donc bénéficie-t-elle de toutes ces faveurs  au moment où les autres chanteurs chaouis sont ostracisés et boycottés partout ?
Comment expliquer cette bienveillance des médias algériens à l’égard de Houria Aïchi qu’ils affublent du surnom de « Diva de l’Aurès » (sic) ?
La raison en est très simple : Houria Aïchi chante en ARABE !
La chanteuse dont les médias mainstream  veulent faire la représentante exclusive de la chanson chaouie : chante en ARABE !
Lorsqu’on constate que Houria Aïchi ne chante jamais en chaoui et que ses chansons sont exclusivement en arabe, on comprend mieux pourquoi elle est célébrée par nos officiels  alors que les vraies Divas de la chanson chaouie , à savoir : Markunda et Dihya sont marginalisées .
En 2013 ; lorsque Houria Aïchi a voulu rendre hommage à des chanteuses algériennes dans son album « Renayate » , elle n’avait pas eu aucun soucis de chanter en kabyle . Son crédo semble donc : je chante dans toutes les langues sauf  en Tachawit !
Une situation surréaliste pour la prétendue « Diva de l’Aurès » que résume assez bien une anecdote rapporté par un ami.  A la fin de l’un de ses concert à Alger,  une femme s’est approchée de la scène pour poser une petite question à Houria Aïchi : « vous chantez en Kabyle, alors pourquoi vous ne chantez pas en Chaoui ? ». Décontenancée,  Houria Aïchi répond sèchement «  je ne suis pas venu ici pour ça ! » avant de quitter précipitamment les lieux.
Au  moment où certains chanteurs de chez nous redoublent d’ardeur pour enfermer la chanson chaoui dans la folklorisation comme le fait Houria Aïchi , des étrangers , amoureux de l’authenticité  et avides de découverte  , reprennent avec brio des classiques de la chansons chaouies . La finlandaise Stina ,  l’écossaise Mairead Tagg et l’allemande Uli Rohd , surmontent facilement la difficulté de la langue pour chanter en Tachawit .
Pour conclure cet article, il nous faut mettre en garde  les imprudents qui seraient tenté de qualifier Houria Aïchi de Diva ‘’Arabe’’ de l’Aurès sur Facebook , ils seront sèchement bloqués , votre serviteur en a fait l’amère expérience .

Jugurtha Hanachi

 

Partages

Nous vous recommandons

Le faux barrage, troisième roman de Hamid Benchaar

Paru le mois dernier aux Éditions de l’Harmattan en France, « le faux barrage » est le ...

Partages