Accueil > Environnement > Aurès, la lente agonie du cèdre de l’Atlas

Aurès, la lente agonie du cèdre de l’Atlas

L’année dernière , le directeur du parc national de Belezma avait d’annoncé la réapparition du phénomène du dépérissement du cèdre de l’Atlas dans le parc, les nouveaux cas du dépérissement ont été observés dans les massifs de Boumerzoug et Bouredjem .

Si la progression de ce phénomène a été enrayée depuis 2005 dans le parc national de Belzema grâce au formidable travail des scientifiques et des spécialistes du parc, les autres cédraies auressiennes ont été presque décimées, notamment celle du mont Chélia .

Le cèdre (Idhguel en chaoui) occupe dans l’Aurès une superficie estimée à 12022 ha, ce qui représente à peu près 66 % de la superficie globale du cèdre en Algérie. Elle est répartie en deux massifs principaux : l’un à l’ouest près de Batna avec la forêt de Belezma sur les flancs de Djebel Tuggurt (7000 ha), l’autre à 50 km à l’Est, près de Khenchela dans le massif des Aïth Oudjana sur 3000 ha (Mont Chélia) et des Aïth aâqoub (3000 ha) et de Djebel Feraoun, Djebel Aidhel. Entre ces deux ensembles, se trouvent des cédraies moins importantes : Sgag (600 ha), Djebel Azreg (adhrer Aziza , 2600 ha) et Ichmoul (150 ha).

Le phénomène du dépérissement du cèdre dans les Aurès est apparu vers les années 1982 et serait dû principalement au lépidoptère défoliateur (thaumetapoeae Bonjeani), aggravé par la sécheresse prolongée de ces dernières années, l’âge avancé des peuplements. Par ailleurs, l’exposition de ces massifs aux influences sahariennes a accéléré la mortalité des arbres. Le dépérissement commence souvent par la cime de l’arbre et progresse vers la partie inférieure affectant la qualité et la quantité du feuillage et provoquent l’écoulement de la résine sur les troncs. L’arbre meurt aussitôt.

Pour les spécialistes et les militants écologistes, l’homme demeure l’ennemi numéro un du cèdre et l’acteur principal de ce drame écologique, la coupe illicite, le défrichement, le surpâturage et les incendies souvent d’origine criminelle sont en train de décimer les cédraies des Aurès .

Au moment où des pays mettent à la défense de la biodiversité au cœur de leurs politiques, conscients qu’à l’aune des défis du XXI e siècle, l’énergie verte sera l’une des principaux leviers de développement économique, les pouvoirs publics algériens ne semblent pas émus par ce drame écologique qui s’abat sur ce patrimoine important et qui risque de se répercuter sur tout l’écosystème de la région.

Jugurtha Hanachi

Partages

Nous vous recommandons

Kaïs : un collectif pour la sauvegarde du barrage est né

Classé parmi les plus beaux et les plus anciens barrages de l’Algérie, le barrage “imi …

Partages