Accueil > Contributions > Algérie, de l’Oeil de Tanit au pneu Michelin !

Algérie, de l’Oeil de Tanit au pneu Michelin !

Tous les pays changent, évoluent ou régressent selon les circonstances. Et l’Algérie ne fait pas exception. Les changements peuvent concerner les modes de vie, de consommation, les valeurs, les croyances. C’est de cette dernière que nous voulons parler dans la suite.

L’un des symboles de croyance en Afrique du nord, depuis des siècles, depuis l’époque de Carthage, cité mi-amazigh, mi-phénicienne, c’est sans conteste le symbole de la main ouverte, avec un œil au milieu de la paume, supposé apporter fécondité et protection contre le mauvais œil pour celui ou celle qui le porte ou l’accroche au seuil de son domicile.

Cette croyance était attribuée abusivement à la culture citadine carthaginoise, mais elle était (et l’est toujours) une pratique des populations amazighs nord-africaines.

Cette main avec un œil au milieu était connue dans l’histoire sous plusieurs appellations ‘’signe de Tanit, ‘’main de Tanit’’, ‘’œil de Tanit’’ (1) .

Cependant, il n’existe pas d’équivalent de cette expression en tamazight. Le seul rapprochement que l’on peut faire,  avec Tanit, c’est avec le nom de l’œil en tamazight : tit (pluriel : Attawen).

Par contre, le verbe ‘’init’’ (désirer, exprimer son désir, révéler, …), certainement un dérivé de Tanit, existe toujours. On dit d’une femme enceinte qui ‘’tettinit’’, cela veut dire qu’elle exprime l’envie de choses particulières (plat, fruits, bijou, autres…), et la famille est tenue de satisfaire ses envies… pour protéger l’enfant à naître !

Plus tard, cette ‘’la main de Tanit’’ est devenu dans le langage populaire tout simplement tafust (la main en tamazight), tasemmust’’ (2) (la cinq), vient de semmus, le chiffre 5 en tamazight, ou la khamsa en darja (arabe maghrébin), qui veut dire aussi le chiffre 5 en arabe.

Avec l’islamisation de l’Afrique du Nord, cette croyance est reconduite telle quelle, alors qu’elle n’existe dans aucun autre pays musulman (Arabie, Asie, Afrique subsaharienne, etc.)

La littérature française et la culture ‘’Pied Noire’’ ont adopté une nouvelle appellation : ‘’la main de Fatma’’. Hors, il n’existe aucun équivalent de cette expression, ni en tamazight ni en darja.

Qui n’a pas eu dans son enfance, afin d’éloigner le mauvais œil, une tasemmust/khamsa/main de Fatma, accrochée à son habit avec une épingle à nourrisse ou suspendue à son cou ?

Mais les temps changent, les hommes et les femmes aussi… comme les symboles et les agents protecteurs !

Les populations d’Afrique du Nord, du moins en Algérie, sont en train d’innover, dans le domaine de l’habitat, par l’introduction de nouveaux agents protecteurs : des pneus hissés en étendard (3) au-dessus des bâtisses en construction, afin d’éloigner le mauvais œil  !

Cette pratique qui semble irrationnelle, chacun peut la constater du Nord au Sud, d’Est en Ouest du pays. Ces pneus ne sont pas disposés n’importe où, Ils  sont toujours accrochés aux fers à béton les plus hauts de la bâtisse. A croire qu’il s’agit à chaque fois de la recherche d’un effet de domination, de suprématie ou de… paratonnerre, défiant les lois de la physique !

S’agit-il d’une mutation de croyances, pour s’affranchir de l’effet ‘’islamique’’ de la khamsa/tasemmust/’’main de Fatma’’, qui pourrait alors être interprété ici comme un pied de nez à tous les intégrismes,  ou simple analogie pratique de la forme circulaire du pneu, sensé jouer le rôle de l’œil de Tanit ?

Si tel était le cas, on peut supposer qu’il s’opère, au niveau des croyances populaires, un découplage des symboles de la main et de l’œil, associés à l’origine des temps dans la main de Tanit, pour ne garder que l’œil protecteur. Difficile de répondre par l’affirmative à cette question.

Dans cette frénésie vers des changements irrationnels dans nos sociétés, au charlatanisme le plus révoltant, préparons-nous à voir demain, d’autres fonctions magiques  qui seront attribuées, par exemple, aux « fusées qui ne décollent jamais », pour reprendre la célèbre expression de Kateb Yacine.

Qui pourrait alors se plaindre d’un réel retour aux sources du naturalisme en Afrique du Nord, à l’opposé des discours actuels de haine, de violences et de… régression  ?

Aumer U Lamara, écrivain

Notes :

(1) Tanit (ou Tinnit) :  est une déesse punique et libyque chargée selon les croyances berbères et carthaginoises de veiller à la fertilité, aux naissances et à la croissance…etc.   (voir wikipédia)

(2) Plusieurs variantes du mot  existent : tawemmust, tayemmust, tagemmust ?

(3) C’est la vue d’un pneu usé peint en blanc (photo ci-dessus), qui trône toujours au bout de fers à béton au sommet d’une bâtisses en construction dans mon village, qui a suggéré cet article… Il ne reste plus qu’à établir un palmarès des marques de pneus pour récompenser les plus protectrices  : Sidi Michelin, Lhadj Goodyear, Dda Continental, Lalla Kleber, Yemma Pirelli, Baba Uniroyal, etc. !

Restons dans l’absurde, chacun peut imaginer le processus de bénédiction/protection qui a été suivie : trouver un pneu pas trop usé chez le vulcanisateur du coin, acheter une boîte de peinture blanche, acheter un pinceau, peindre le pneu, attendre qu’il sèche, monter au sommet de la terrasse, faire attention de ne pas tomber… avant que la protection du pneu ne fasse de l’effet à son obligé, qui le hisse enfin au sommet des fers à béton de la dalle la plus élevée !

Partages

Nous vous recommandons

Avril 1980 : Échos et acquis d’un combat

On a beaucoup écrit sur le Printemps amazigh d’Avril 1980. Des études universitaires, des récits, …

Partages