Accueil > Contributions > Peuple algérien en révolte : “combien de divisions ?” (1)

Peuple algérien en révolte : “combien de divisions ?” (1)

Les tentatives en cours pour organiser une présidentielle sur commande afin de régénérer le système politique avec un autre personnel politique habillé de “crédibilité et de probité”, ne trompent personnes.

La rue algérienne répond invariablement « NON » !

Et pourtant, les différentes manœuvres, bien menées, peuvent induire quelques espoirs pour les plus naïfs lorsqu’ils entendent  : “l’État et l’armée ne participent pas aux négociations… accord pour une structure indépendante d’organisation des élections…, etc.”).

Quelqu’un d’averti a écrit cette semaine dans la presse:  “On ne négocie pas avec Djeha”. On ne peut être plus clair.

Le système politique et militaire n’entend pas faire de concessions réelles sur le fond malgré la mobilisation extraordinaire de la population sur tout le territoire national depuis des mois.

Ceux qui assurent le pouvoir de fait, en tant que responsables de l’État, poussent le cynisme jusqu’à féliciter les citoyens pour leur haut niveau de responsabilité et le caractère pacifique des manifestations… qui fait la fierté de notre pays dans le monde  !, tout en matraquant violemment les manifestants pacifiques et en emprisonnant les porteurs d’emblèmes amazighs, sans aucune référence juridique.

Tout est dit (entre les lignes) et bien compris par les tenants du système : les manifestations pacifiques ne menacent leur pouvoir. L’essence de cette certitude, que tous les Algériens savent maintenant, vient du caractère brutal et absolu de la prise du pouvoir par l’armée de l’extérieur en 1962, en écrasant l’ALN et en marginalisant le GPRA (Gouvernement Provisoire de la République Algérienne). Seule la force compte.

Le langage populaire, faute de mieux, en a fait des ‘’décideurs’’, ces hommes de l’ombre qui détiennent collectivement ce pouvoir absolu basé sur la puissance des armes et de la police politique. Les seules unités qui comptent, pour assurer la paix, sont ‘’la terreur tétanisante’’ et ‘’leur capacité d’écrasement’’.

En son temps, Staline, en répondant par cette expression (“Le pape, combien de divisions ?”), a aussitôt resitué le débat sur son propre terrain : celui de la violence des chars de l’État, de son État.

En tirant sur la ficelle, elle finit inévitablement pas se rompre, et les roublardises jouées ces jours-ci par le sérail politique algérien ne conduisent pas au meilleur : «Le Hirak demande le changement de système mais pas des hommes (sic!) », dit sérieusement un haut responsable de l’État.

Ils se considèrent toujours comme les propriétaires, de père en fils et en fille, de l’Algérie.

Sauf si…

Aumer U Lamara, physicien, écrivain

Notes :

(1) L’expression « le pape, combien de divisions ? » est de Joseph Staline ; c’était sa réponse lorsqu’il a été interpellé sur le non-respect des libertés religieuses en Union soviétique.

Division signifie ici une ‘’unité militaire’’ composée de plusieurs régiments, selon les pays.

Partages

Nous vous recommandons

Massinissa et Syphax : duel de deux rois

Masinisa est la transcription latine du nom de l’agellid (roi) amazigh MSNSN, selon les stèles …

Partages