Accueil > Histoire > Pièces d’or berbères trouvées à Bougie

Pièces d’or berbères trouvées à Bougie

Au mois d’octobre 1904, le Domaine de l’Etat vendit à M. Gotusso, architecte à Bougie, un terrain domanial escarpé, d’une superficie de 536 mètres carrés, situé dans Ia ville de Bougie, entre le chemin de l’hôpital militaire et celui de Sidi-Yahia.

Aussitôt en possession de ce terrain, M. Cotusso fit commencer les travaux de construction d’une maison. et, au cours de ces travaux, un ouvrier terrassier mit à jour un vase en poterie contenant deux bracelets de pied en or, et 327 pièces de monnaie berbères de l’époque musulmane, également en or, en parfait état de conservation. Certaines de ces pièces ont 21 millimètres de diamètre (voir figure I), et les autres 19 millimètres (voir figure 2) ; les unes et les autres portent les mêmes inscriptions, sauf une légère différence dont il sera parlé plus loin.

Elles sont rondes, mais clans la circonférence de chacune d’elles est inscrit un carré et dans ce carré figurent des inscriptions ; d’autres inscriptions existent aussi dans les arcs de cercle formés par chaque côté du carré.

Les pièces de 21 millimètres portent (voir figure 1) :

D’un côté :

«   Celui qui tient la main à l’exécution des ordres de Dieu, le khalife Abou Mohamed Abd-el-Moumen ben Ali, prince des Croyants. »

Dans les arcs de cercle formés par le carré :

«   Abou Abd Allah Mohamed ben Ali, le prince éminent, le prince des Croyants. »

De l’autre côté :

« Au nom de Dieu, le clément,   le miséricordieux.  Il n’y a de Dieu que Dieu.  Mohamed est l’envoyé de Dieu.  El ­Mahdi, pontife du peuple. »

Dans les arcs de cercle :

« II est votre Dieu, il est clément et miséricordieux ; il n y a de Dieu que lui ; Dieu est unique. »

Dans le carré des pièces de 19 millimètres (voir figure 2), on lit :

Sur une face :

« El-Mahdi, pontife du peuple, celui qui tient la main à l’exécution des ordres de Dieu.»

Et dans les arcs de cercle de cette face :

«    Abou Mohamed Abd-el Moumen ben Ali, prince des Croyants, louange à Dieu, maitre de l’Univers. »

Sur l’autre face :

«    II n’y a de Dieu que Dieu ; Mohamed est son prophète. »

Et dans les arcs de cercle :

« Au nom de Dieu, le clément, le miséricordieux ; que Dieu accorde la bénédiction et le salut à Mohamed, à sa sainte famille purifiée. »

Abd-al-Mumin-Almohades-traduction

Ces monnaies sont intéressantes en ce qu’elles nous rappellent une civilisation qui ne fut pas sans quelque éclat et parce qu’elles nous donnent le nom d’un des princes Almohades qui ont régné à Bougie alors capitale de royaume.

Construite vers 1067 sur les ruines de l’ancienne « Saldæ » par le prince Hammadite « En-Nacer », que l’invasion arabe obligea d’abandonner « la kalaa » sa capitale, Bougie acquit sous ce prince et surtout sous son successeur « El-Mansour », une véritable splendeur et une importance considérable, tant au point de vue du commerce ce que comme entrepôt de premier ordre.

« El-Mansour »  mourut  en  1104 ; il  fut  remplacé par  son fils  « Badis » ,  qui ne  régna  qu’un  an,  et  eu t lui-même pour  successeur  son  frère  « El  Aziz ». Ce prince  éclaire  apporta  tous ses  soins  à  l’embellissement de sa capitale ; sa cour  brilla  du  plus  vif éclat, et, nous dit E. Mercier dans son Histoire de l’Afrique septentrionale (1); il sut y attirer les  savants  de I’Afrique  et  ceux  de l’Espagne.

Vers cette époque (2)  vint à Bougie, après avoir prêché   sa doctrine à Tripoli, à El Mahdia et dans plusieurs autres villes, un jeune berbère a l’imagination ardente, Mohamed  ben Abdallah,   plus  connu sous  le  nom  de Ou Toumert «Ibn Toumert »,  originaire de la tribu de Hergha , fraction  de Masmouda,  du  Grand  Atlas, qui, ayant perfectionné son instruction religieuse dans les principales villes du Maghreb, puis à Cordoue, à Alexandrie, à la Mecque et à Médine, se crut appelé à ramener la religion musulmane à sa pureté primitive et à fonder une  nouvelle dynastie.

À  Bougie,  il  s’éleva,  comme   il  l’avait  fait ailleurs; à Tripoli   notamment, contre les mœurs qu’il disait entachées  d’idolâtrie,  et  osa  critiquer  les  actes du khalife El Aziz. Aussi celui-ci, fatigué de l’agitation produite par ce fanatique qu’on désignait sous le nom de « légiste de Sous », ordonna-t-il qu’il fut arrêté, malgré son caractère religieux ; mais Ou Toumert, prévenu a temps, prit la fuite.

À quelque distance de Bougie, à Mellala, petite localité de la tribu  Sanadjienne  des Aith-Ouragol, il fut rejoint par un envoyé  des  étudiants  de Tlemcen, le nommé «   Abd-el-Moumen ben Ali el Koumi », qui l’invita à venir professer à Tlemcen.  Traité d’hérétique par les docteurs de cette ville, il continua son chemin   vers   Fès,   Meknès   et   Maroc  ( aujourd’hui « Marrakech» ;  dans  cette  dernière ville,  il adressa de sévères reproches  au  khalife Almoravide qui  présidait  en  personne  la  prière.

Son  renom  devenant  de jour  en jour  plus  grand , il  prit  le  titre  d’Iman  ou  chef  de  la  religion  et,  un peu   plus  tard,  vers  1122 (3),   celui  d’El-Mahdi.   Ses adhérents  se désignèrent  sous  le  nom  d’El-Mouhadoun (4)   ou  «  Almohades »,  c’est-à-dire disciples  de la doctrine  de l’unité  de Dieu .

De nombreuses tribus de l’ouest s’étant rangées à sa cause, il se crut assez fort pour s’attaquer aux princes Almoravides, mais il f ut battu non loin de Marrakech (en 1127 ou 1128) par le khalife Ali ben Youssef, malgré les prodiges de valeur de son disciple Abd-el-Moumen ben Ali. II ne put supporter un pareil revers et il mourut quatre ans après, après avoir désigné pour lui succéder Abd-el-Moumen ben Ali, son disciple favori.

Celui-ci, d’une habileté et d’une prudence   qui e se démentirent jamais au cours des importants événements de  sa   vie,  donna  un  tel   éclat à la dynastie des « Almohades », qu’il peut en être considérés comme le véritable fondateur. Plusieurs expéditions qu’il entreprit au début furent couronnées de succès  et   donnèrent  à  son  avènement   l’auréole  de la victoire ; aussi, ses  partisans devinrent-ils  de  jour en jour plus nombreux et son nom fut-il accepte comme   celui du  « Maitre  de l’avenir ».

Après avoir soumis les tribus des régions de l’Atlas, Abd-el-Moumen se porta vers Tlemcen et infligea une défaite au Gouverneur   de cette ville.

Peu   après, il s’empare de Marrakech (1147) et soumit à son autorité toutes les populations de l’ouest. A la tête d’une grande armée, il se dirigea alors vers l’est, prit Alger   et  marcha   sur  Bougie  ou régnait Yahia,  fils  d ‘El  Aziz , battit  l’armée  Hammadite à Oum-el-Halou, sur · le versant méridional du Djurdjura   et  s’empara  de Bougie.

De là, il envoya son fils Abdallah soumettre les tribus de l’intérieur ; c’est au cours de cette campagne que « La Kalaa », emportée d’assaut, f ut détruite par les flammes, ceux de ses habitants qui échappèrent à la mort furent dispersés et une Colonie chrétienne, qui avait pu se maintenir jusque-là dans cette ville, disparut  à ce moment.

En apprenant la nouvelle de la prise de « La Kalaa », Yahia fit sa soumission à Abd-el-Moumen qui l’accueillit avec bienveillance, le traita avec honneur et l’internat à Marrakech.

Ainsi finit le royaume Hammadite, si puissant encore quelques années auparavant.

Satisfait des magnifiques résultats qu’il avait obtenus, Abd-el-Moumen, qui porta à son apogée la puissance berbère, rentra à Marrakech vers la fin de 1152 (5) après avoir ajouté à ses Etats tous les territoires conquis. Son empire s’étendait de l’Atlantique jusqu’à l’Egypte ; il le   divisa en plusieurs grands commandements qu’il confia à ses fils. Dans ce partage, Bougie échut à Sid Abou Mohamed.

Abd-el-Moumen mourut en 1163(6). Les historiens de  l’époque  nous apprennent  qu’il  avait  adopté  pour sa  monnaie  la  forme  carrée  afin  de  la  distinguer  de celle  des  Almoravides  qui  était  ronde.  On  a  trouvé et   on   trouve   encore,   en   effet,   dans  la   région   de Bougie  notamment,  des  pièces  de  monnaie  carrées portant  la  suscription  du Mahdi.

Les pièces de monnaie qui  nous  occupent  sont de son  fils  Mohamed  à qui  avait  été  donne  le  royaume de Bougie ; ce prince, sans abandonner la distinction établie  par  son  père,  revint  à  la  forme  ronde;  il  représenta  seulement  un  carre sur  ces pièces.

Nous voyons, par  l’inscription  mise  sur  ces  monnaies,  qu’ Abd-el-Moumen avait  ajouté  à son  titre de Mahdi, celui d’ Imam ou pontife du peuple et celui de Prince des Croyants, au quel, d’après  les historiens de l’époque, il n’avait pas droit , ce titre ne devant et ne pouvant être porté que par les khalifes d’Orient, successeurs  spirituels  du prophète  Mahomet (7).

Il est à remarquer que les plus grandes de ces pièces portent, dans l’arc de cercle de gauche, en outre du nom de Mohamed, celui d’Abou Abdallah. D’après les dires de musulmans érudits, Abou Abdallah est un surnom honorifique   qui s’ajoute souvent   à celui.  De Mohamed ; ces deux noms ne désignent, par suite, qu’une seule et même personne.

L’empire Almohade, fractionne et désagrégé après la mort d’Abd-el-Moumen, se maintint cependant pendant près d’un siècle, mais  sa puissance ne cessa pas de  décroître  et  Bougie,  qui  n’était  plus  capitale de  royaume,  perdit  peu  à peu  de  son importance.

J. MAGUELONNE

Article paru initialement dans le Recueil des Notices et Mémoires de la Société Archéologique du département de Constantine  | 10° Volume | 1907.

Notes : 

(1)          Tome lI, p. 58.
(2)          511 de l’hégire.
(3)          515 de l’hégire.
(4)        Ce nom est forme de la même racine que celui d’un de ses ouvrages, Mourchida (E. Mercier, Hist. de l’Afrique sept., tome II, p. 69.
(5)          547 de l’hégire.
(6)          558 de l’hégire.
(7)      Les khalifes se divisent seulement en quatre catégories : 1- Les quatre khalifes dits Rachedine (orthodoxes) contemporains du Prophète ; 2- Les khalifes de  la dynastie des Omeyades,  fondée par  Moawia ; 3- Les khalifes  de la dynastie des Abassides, fondée par Abbas, cousin du Prophète ; 4- Les khalifes de la dynastie des Osmanlis (Turcs), fondée par Otsman  Seldjancide,   dont  le  sultan  actuel   de Constantinople  est   le successeur spirituel et détient,  en  cette  qualité,  le Drapeau  vert  du Prophète.

Partages

Nous vous recommandons

Dissonances et discordances mémorielles

Nous nous proposons dans cet essai de soulever quelques problèmes liés à la superposition des ...

Commentez depuis Facebook

 
Partages