Accueil > Contributions > Le crépuscule de l’imposteur (1)
othmane saâdi un imposteur

Le crépuscule de l’imposteur (1)

On apprend que les Russes sont des Éthiopiens qui s’ignorent, les Chinois sont des Malgaches, les Français sont des Aztèques et les Amazighs sont des Arabes !

En ces temps de floraison de la théorie du complot, des réseaux sociaux débridés et du ”plus c’est gros, plus ça passe”, on serait tenté de sourire … et de passer à autre chose.

Malheureusement, cette dernière “démonstration” de la liste ci-dessus, “les Amazighs sont des Arabes“, est loin d’être une simple élucubration d’un personnage (2) qui a occupé, dans son passé, des postes de responsabilité au sein de l’État algérien (ex-ambassadeur). C’est une nouvelle agression envers les millions de nord-africains, de la Libye au Maroc, qu’ils soient amazighophones ou dardjophones.!

Ce personnage est connu depuis des décennies pour ses inepties, ses insultes à l’histoire et ses agressions, d’abord envers lui-même et à l’encontre de ses compatriotes. C’est le mercenaire typique de l’arabo-baathisme que le pouvoir algérien a instrumentalisé pendant trop longtemps dans son terrorisme intellectuel pour imposer sa politique culturelle et linguistique. On connaît le bilan.

Cette nouvelle agression semble toutefois une bataille d’arrière-garde et constitue même une caricature qui tombe à point pour bien montrer à notre jeunesse ce que nous avons enduré depuis 1962 !

L’intérêt pédagogique n’y est donc pas superflu. Au moment où les jeunes de nos pays s’interrogent sur leurs ancêtres, questionnent l’Histoire, cherchent et revendiquent avec force leur appartenance à ce grand peuple Amazigh qui a subi pendant des siècles les colonisations en chaîne mais qui a résisté et a finalement tenu sur l’essentiel, les mercenaires de l’arabo-islamisme, disqualifiés par l’Histoire, s’accrochent à leurs lubies.

Cette sortie d’un vieillard qui s’entête dans ses élucubrations, au mépris de lui-même et des siens, est assez pathétique.

De notre point de vue, il ne mériterait nullement le signe de respect, “amghar n lbaraka”, que nous exprimons toujours envers nos anciens, par reconnaissance, tout simplement parce qu’ils nous ont devancé et ont donc accompli leur part de résistance.

Aumer U Lamara, écrivain

Notes :

(1) Allusion au célèbre roman “L’automne du patriarche”, de Gabriel Garcia Marquez, éditions Grasset, 1977.

(2) Othmane Saadi, “la preuve que les Amazighs sont des Arabes…“, In Le Matindz, 20/01/2017. journal Echourouq : “les racines linguistiques des Amazighs“.

Partages

Nous vous recommandons

Congrès de la Soummam: lever les réserves pour avancer

Le congrès qui s’est terminé le 20 août 1956 dans la vallée de la Soummam …

Partages