Accueil > Société > Une institutrice à ses élèves « L’arabe est la langue du Paradis » [Vidéo]
Dans le premier cours de l’année

Une institutrice à ses élèves « L’arabe est la langue du Paradis » [Vidéo]

En déplacement hier à Naâma , la ministre de l’éducation nationale a indiqué dans son allocution à l’occasion de l’ouverture de l’année scolaire 2016-2017 , que  les nouveaux programmes qui viennent d’entrer en vigueur, visent à réhabiliter «l’algérianité» dans au moins 80% du contenu des manuels. En effet le thème choisi pour le premier cours de l’année scolaire était consacré aux lettres envoyées par les héros de la guerre d’Indépendance à leurs familles.
Seulement voilà, dans les faits, cette « algérianisation » ne semble pas faire l’unanimité chez  les enseignants. Dans une vidéo qui a fait le buzz sur les réseaux sociaux (voir la vidéo ci-dessous) , on peut voir une institutrice, dans un « direct facebook », faire répéter à ses élèves, dans ce qui ressemble à une profession de foi digne du Parti Communiste Nord Coréen ce qui suit : « Ma langue est l’arabe, je ne m’exprimerais pas dans  d’autre idiome que l’arabe, l’arabe est une langue sacrée, parce que langue du Paradis …… » (sic) .

De quel droit cette institutrice se permet-elle d’utiliser des élèves dans cette propagande éhontée, qui discrimine Tamazight, une langue officielle de l’État algérien ? Comment  ose-t-elle partager une vidéo contenant un message discriminatoire sans l’aval de l’administration et les parents d’élèves ?
D’après nos sources, la vidéo est tournée dans la primaire   Khaled H’litim , route de Batna , commune de Barika .
Cette vidéo surréaliste est hélas la preuve que  l’école algérienne, malgré les bonnes intentions de Mme de Benghabrit , ne semble par prête de sortir de l’ornière idéologique dans laquelle elle patauge depuis l’Indépendance.

La rédaction

Partages

Nous vous recommandons

Younes Bentalha aux candidats du FLN «Laissez Benboulaïd dormir tranquille, il n’est pas un registre de commerce ! »

Figure de proue de la mobilisation contre la cimenterie dans sa ville, Younes Bentalha a …

Partages