Accueil > Politique > Chronologie de la marche réprimée de Batna
Photo de la marche /crédit : Adel Badreddine

Chronologie de la marche réprimée de Batna

Il est 9 heures par cette matinée ensoleillée du 12 décembre, devant l’université de Batna, déjà plus d’une cinquantaine de jeunes sont rassemblés ; des drapeaux chaouis (jaune et noirs) et amazighs  noués autour de la taille. Ils répondent à l’appel lancé la veille sur les réseaux sociaux pour une marche contre le vote des députés algériens, hostile à la généralisation de l’enseignement de tamazight.

Cette marche intervient après la mobilisation des étudiants du département de langue et culture amazighe, qui ont déjà organisé une marche à l’intérieur de l’université. Et surtout après les nombreux rassemblements en faveur de la Palestine et contre la décision de Donald Trump de reconnaître El Qods comme capitale d’Israël, qui ont eu lieu à Batna pendant la semaine.

Vers 9 h 30 , les jeunes décident de se regrouper dans le rond-point stratégique à côté du buste d’El hadj Lakhdar, où ils ont commencé à faire du bruit pour  mobiliser leur troupe en vue de la marche. Drapeaux déployés,  les protestataire ont commencé par scander leur slogans : “Assa adetcha, tamazight thella , thella !” (Aujourd’hui et demain, tamazight subsistera !) , ou encore “Ur nelli d ichayaten , ur nelli d iqawadhen, tharwa n Yugerthen, d Imazighen d Imazighen !” (nous sommes  pas des larbins, ni des gens serviles, descendants de Yougherthen, nous sommes des fiers Amazighs !), slogans auxquels, les automobilistes qui passaient à côté de ce rond-point très fréquenté, répondaient avec des klaxons énergiques.

C’est vers, 10 heures que la marche s’ébranle vers le centre ville dans une ambiance bon enfant, malgré la présence très remarquée des forces de sécurité notamment en civile.

Une vieille femme, que ce joyeux  tintamarre semble amuser, excite l’ardeur des marcheurs avec des youyous stridents. Nous nous approchons d’elle. C’est une femme de ménage dans une administration qui vient de terminer son travail, elle se joint à la marche et décide de faire un bout de chemin avec tous ces jeunes : “C’est une bonne chose pour notre langue je trouve, tachawit annegh, nous dit-elle”. Un des jeunes lui passe une pancarte sur laquelle est écrit  “ma ulac tamazight, ulac , ulac , ulac !”, elle la brandie aussitôt et rejoint la tête de la marche.

Les policiers tendent un guet-apens aux manifestants

A mesure que la procession avance, la foule grossit. Arrivée aux abords du centre ville, la marche devenue imposante gêne un peu la circulation. Les manifestant entonnent la chanson de Massinissa : “Azul, si Wahren gher Q’çantina, Dzaïr, Tlemcen : tharwa n L’Khina”, ( Azul  d’Oran jusqu’à Constantine, d’Alger à Tlemcen, tous enfants de la Kahina !). Pour affirmer l’amazighité de toute l’Algérie et souligner l’aberration du vote des députés. A la tête de la marche des représentants des protestataires parlementent avec les policiers. Ces derniers tentent de déplacer les marcheurs sur le trottoir pour dégager la voie. Les marcheurs décident de s’asseoir alors par terre et reprennent en chœur : “Corrigez l’histoire l’Algérie n’est pas arabe !”.

La tension est palpable, des renforts de police arrivent. Après plusieurs minutes de négociations, les policiers persuadent  les représentants des protestataires à modifier leur trajet afin, disent-ils, de ne pas gêner la circulation  et la sortie des élèves des CEM et lycées des environs. Quelques centaines de mètres après, les marcheurs se retrouvent dans une ruelle étroite. C’est alors que des véhicules de police stationnés aux abords surgissent tout à coup : c’était un piège.

Les policiers matraquent la tête du cortège des marcheurs sans distinction et tentent de disperser la marche. La vieille femme de tout à l’heure a reçu un coup de matraque : “ils m’ont frappée sur l’épaule, ces brutes”, nous dit-elle.  Les forces de sécurité arrêtent des manifestants à tour de bras, une trentaine en tout. Un homme qui a fait tout le trajet à la tête de la marche  nous pointe du doigt et aussitôt nous sommes cernés.  L’homme s’avère être un policier en civil. Malgré que nous protestons et  déclinons notre profession de journalistes, nous sommes embarqués avec les autres manifestants.

Marcher pour Al aqsa et pas pour tamazight

Dans le véhicule de police, nous nous retrouvons avec d’autres manifestants arrêtés qui ont subi des violences physiques. Soumia Harrath, enseignante de tamazight et militante culturelle a reçu plusieurs coups de matraque au moment de son interpellation alors qu’elle est enceinte.

Au commissariat central de Batna, on nous demande nos pièces d’identité avant de nous transférer au premier étage pour établir les procès-verbaux. Nous sommes accueillis par un officier qui nous lance pour nous narguer : “Fallait pas participer à une marche non-autorisée”, deux  jeunes arrêtés lui répondent presque en chœur : “Parce que les marches pour la Palestine de la semaine dernière étaient autorisée ?” . Décontenancé par la réponse, le policier prend un air conciliant : “Mais voyez-vous, rétorque-il, nous ne sommes pas contre tamazight du tout mais les marches sans autorisations compliquent un peu notre travail …”.

Deux jeunes filles auxquelles on a retiré leur portable sont paniquées. L’une d’elle fond en larme, elle craint qu’on lui vole des photos personnelles ou qu’on fouille dans son Facebook. Un policier tente maladroitement de la réconforter : “Ne craignez rien, nous cherchons juste des photos de nos éléments ; c’est pour protéger leur vie privée”. Les policiers cherchaient en réalité des photos compromettantes de leur intervention musclée que les deux jeunes filles auraient prises. Finalement, ils ne trouvent rien dans les deux portables et les rendent à leurs prioritaires après avoir dressé un procès verbal.

Les policiers refusent d’enregistrer une plainte pour agression

Entretemps, l’activiste Soumia Harrath qui est enceinte, s’évanouit au cours  de son interrogatoire. Les policiers se contentent d’appeler la protection civile et l’envoient à la maternité de la ville sans escorte policière. Après l’examen médical, les médecins constatent l’agression physique dont Mme Harrath a été victime et lui fournissent un certificat médical d’un mois d’arrêt de travail. Munie de ce certificat, la victime se rend de nouveau au poste de police mais sa plainte est rejetée et les agents refusent, nous dit-elle, d’établir un procès-verbal.

Vers 15 heures, et après plusieurs heures de garde-à-vue, nous sommes libérés. Mme Soumia Harrath rentrent chez elle sans qu’elle puisse enregistrer sa plainte , mais elle nous confie sa volonté d’aller voir le procureur de la république dès le lendemain.

Jugurtha Hanachi

Partages

Nous vous recommandons

« 57 ans barakat » !

Nous étions enfants en 1962 et nous avions entendu et certains ont même crié avec …

Partages